RETOUR : Coups de cœur

Georges Gernot : Deux tableaux de Pierre Bienvenu.
Texte mis en ligne le 16 novembre 2011.
© : Georges Gernot.

Extrait du livre Au fil de l'A.R.T, de Georges Gernot, retraçant trente ans de peinture à l'atelier du Thabor à Rennes.
Pour se procurer ce livre, s'adresser ą l'auteur par l'intermédiaire du site, qui transmettra.

Pierre Bienvenu était médecin.


Et si c'était une pipe ?

Pierre Bienvenu 1

Que l'on pense à Chardin ou Van Gogh, ce sont souvent les objets les plus usuels qui sont les plus éloquents, ceux de la vie quotidienne, là tout près de nous, nous passons sans les voir vraiment, et tout à coup vient à l'idée de les placer sur une table et de les peindre. Ainsi, Pierre Bienvenu a disposé deux pipes, un paquet de gris et un pot à tabac, il en fait une peinture convaincante. On devine que ces pipes étaient ses compagnes de détente après ses nombreuses visites à ses patients. Il met tant de vérité à les peindre. Il n'utilise guère le pinceau, mais lisse et maćonne des formes à l'aide de son couteau à peindre, ménageant les surprises colorées qu'il découvre dans le fond qu'il a préparé. Tout aussi convaincante est la nature morte au pichet blanc dans lequel il a planté, toute droite, une brosse plate de peintre en bâtiments ; les formes ne sont pas dessinées mais évoquées, suivant un rythme vertical que restitue le geste décisif du couteau à peindre, juxtaposant les gris bleutés et les jaunes. Toute la poésie de ces peintures, que l'on appelle à tort natures mortes, tient d'abord dans leur simplicité, leur témoignage d'objets usuels et familiers de la vie. Rien d'étonnant qu'une « nature morte » se dise en anglais still life, c'est-à-dire vie paisible. Je sais que Pierre n'a pas renoncé à fumer sa pipe, il lui arrive aussi de repeindre ses portes.

Georges Gernot

Pierre Bienvenu 2