RETOUR : Coups de cœur

Alain Roussel : Note de lecture sur le livre de Christophe Dauphin et Alain Breton, Totem normand pour un soleil noir.

Mis en ligne le 27 mai 2021.

Cet article est repris du site En attendant Nadeau.

© : Alain Roussel.

Christophe Dauphin et Alain Breton, Totem normand pour un soleil noir, éditions Les Hommes sans Épaules, 2020.


Un lyrisme lucide

Critique littéraire, directeur de la revue Les Hommes sans épaules, membre actif de l'Académie Mallarmé, Christophe Dauphin a aussi écrit une vingtaine de livres de poésie et des essais sur des écrivains tels que Jean Breton, Verlaine, Sarane Alexandrian, Henri Rode, Jean Rousselot. Le lire, dans Totem normand pour un soleil noir, son dernier recueil, c'est prendre en compte deux éléments essentiels qui éclairent ses écrits : la « Normandité » et l'émotivisme.

 

Le premier terme a été forgé par Léopold Sédar Senghor dont on connaît les liens avec la Normandie. Lors d'une conférence privée à l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Rouen – le texte intégral a été publié par les Éditions Lurlure en 2018 –, il avait pris grand soin de préciser que le terme de « Normandité » tel qu'il le concevait n'était pas la « normanditude » et qu'il ne pouvait être assimilé à celui de « négritude », dont le sens est tout différent. Il y définissait la « Normandité » comme « un lyrisme lucide » et disait de l'artiste normand, qu'il soit écrivain, peintre ou musicien, qu'il était un « créateur intégral, avec l'accent mis sur la création elle-même », un créateur de beauté. Christophe Dauphin, qui connut Léopold Sédar Senghor, a fait sienne cette « Normandité », à la fois dans sa singularité et son universalisme, une certaine manière de vivre et de penser aux dimensions du monde sans perdre ses racines.


Image tirée de « Totem normand pour un soleil noir » de Christophe Dauphin Alain Breton

L'autre élément, tout aussi important, est l'émotivisme. Le mot lui-même avait déjà été évoqué par ses amis, Guy Chambelland et Jean Breton, mais Christophe Dauphin lui insuffle, avec ses complices de la revue Les Hommes sans Épaules qu'il dirige, une énergie nouvelle et en précise le sens en l'inscrivant au croisement de la « poésie pour vivre » et du surréalisme, sans oublier le grand ancêtre que fut Pierre Reverdy. Dans un entretien avec la revue Ballast, il proposera cette définition : « L'émotivisme est la création par une œuvre esthétique – grâce à une certaine association de mots, de couleurs ou de formes qui se fixent et assument une réalité incomparable à toute autre – d'une émotion particulière, et non truquée, que les choses de la nature ne sont pas en mesure de provoquer en l'homme. Car la poésie est uniquement en l'homme et c'est ce dernier qui en charge les choses, en s'en servant pour s'exprimer. » Qu'on n'attende pas de lui une quelconque poésie de recherche, forgée laborieusement à grand renfort de clichés universitaires, et il n'est pas un mécano qui « trafique le moteur du langage ». S'il parle d'esthétique, c'est d'une esthétique de la rupture qui met les nerfs et la pensée à vif, qui « sabote les sens » pour mettre le réel en dérangement, ce qui n'est pas sans faire penser au « long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens », d'Arthur Rimbaud.

 

Avec Totem normand pour un soleil noir, superbement orné par Alain Breton, Christophe Dauphin nous rappelle par ce titre qu'il appartient à un clan, s'inscrit dans une lignée d'écrivains, d'origine normande mais pas seulement, avec une prédilection pour ces poètes marqués du sceau du « soleil noir » que sont, entre autres, Jean-Pierre Duprey, Jacques Prevel, Jean Sénac, Marc Patin. Le livre part d'une adolescence révoltée en banlieue ouest de Paris où il déambule, « la vase aux lèvres et la rage en bandoulière », parmi d'autres « compagnons du gravier » au pied des tours.

 

Dès les premiers mots, le lecteur est bousculé, entraîné dans une « zone d'extrême turbulence » entre l'être et le dire. Il sait qu'il ne sortira pas indemne de cette lecture où la poésie travaille au-corps-à corps, à « la hache d'un cri ». On n'en demandait pas moins de cet écrivain qui « entre par effraction dans l'alphabet », et dans le réel, car c'est « dans l'émotion seule du vécu que se forgent les mots ». Il y a un double mouvement chez ce poète, vers l'extériorité, y compris la réalité la plus sordide qu'il « fracture avec un pied de biche », définitivement du côté des opprimés et des révoltés, en France et ailleurs, ses « frères humains », et vers l'intériorité où il faut creuser pour réveiller les rêves enfouis : « malaxe tes régions reculées qui frottent leurs bois de fables contre l'épaule du cri », écrit-il.


Image tirée de « Totem normand pour un soleil noir » de Christophe Dauphin Alain Breton

Deux vers expriment clairement ce cheminement : d'une part, « les mots boxent la langue avec les poings de la vie », d'autre part « la poésie boxe les mots avec les poings du rêve ». Christophe Dauphin nous entraîne vers une « connaissance par les gouffres », comme l'écrivait si magnifiquement Henri Michaux. La violence de l'écriture n'en masque pas la sauvage et ténébreuse beauté, mais au contraire la révèle :

 

« Bouquet d'orties en travers du cri qui recrache la mer

dégaine ta vie qui tourne sur toi-même

dégaine et tire à bout portant ton enfance

tes mots-poumons tes tripes qui lèvent l'ancre

ton langage qui plonge comme une sonde

mal aiguisée entre les vagues

dans les mille et un cauchemars de tes os. »

Alain Roussel

RETOUR : Coups de cœur