RETOURNER à Études

 

Daniel Morvan  : Jean-Patrice Courtois, poète de l'anthropocène.

Né en 1954, Jean-Patrice Courtois est professeur de littérature à l'Université de Paris 7-Denis Diderot. Il a enseigné dix ans l'esthétique et les arts. Et dirigé pendant six ans un séminaire : « Littérature, esthétique, écologie ».
Entre autres publications, Inflexions de la rationalité dans L’Esprit des lois, PUF, 1999.

Mis en ligne le 12 juin 2021.

© Daniel Morvan.

 Jean-Patrice Courtois, Descriptions, Nous éditions, 2021.


Tout langage appelle déchiffrage, tout poème aspire à l'énigme : rien de propre à la poésie contemporaine. De même qu'un tableau, une partition envisagée d'un premier regard, un poème engendre, avant même d'être lu et dans son obscurité même, un sentiment du texte. Que nous dit-elle, cette « saisie intuitive », à propos du livre de Jean-Patrice Courtois : Descriptions (éditions Nous, 2021) ? Il est composé de phrases de longueurs variables qui ne s’appréhendent pas comme des vers, mais comme des « blocs de prose ». Ces phrases sont l’unité de base du poème. Elles forment le cadre formel de la « description » proposée dans chacun des textes. Un mouvement de phrase électrique, comme jeté dans une syntaxe tendue : un style. Des poèmes qui brassent du document, le triturent, le désintègrent. Il y a une physique du texte, une tension, un agencement neuf des significations qui prend de vitesse la compréhension. Cela tient à l'unité de base des textes : ni vers ni prose mais phrase, forme choisie pour l'amplitude de son balayage, sa capacité à emporter la puissance du vers jusque dans la prose et à en multiplier les brisures sans les ruptures et les stations du vers. Cela va très vite, la phrase rebondit sur ses assonances, allitère, parfois l'oreille n'entend plus que des « t », « une pâte à texture égalisant transparence traversable ». Ou bien au contraire des images courent sur la page sans aucune interruption (à cet endroit, une virgule serait de trop), la phrase engendre la phrase et déploie une danse aquatique, « l'ulve légère le jonc ami des marais l'osier l'humble canne sous les longs roseaux disent moins fort en son que le langage qui certifie la vue matérielle ».

De quoi ça parle ? De nature, biologie, météorologie, océans, terre, sol, chimie, mammifères, poissons et amphibiens, installations artistiques, photographie, danse. Des choses qui n'ont rien à voir ensemble, juxtaposées, échantillonnées. Le « rien à voir ensemble » serait donc l'objet même du livre : un rien qui est l'invisible monde ? Vous vous demandez si le poète aime écrire ces choses : « Il ne sera jamais beau de raconter les malheurs futurs. » Vous savez que vous faites fausse route, que ce n'est pas du tout ça, qu'il est question d'agriculture, qu'il vous conseille de ne pas utiliser d'engrais chimique, que les plantes parlent aux champignons. Ou qu'il est question de mathématiques, de transmission d'information. Vous ne savez rien, vous nagez, vous nagez dans la poésie.

Vous vous souvenez que vous avez pensé écrire au sujet de ce livre, et, en raison de son opacité, ce projet vous semblait impossible : vous allez le prouver. Cela prendra du temps pour inventer quelque théorie de la transe chamanique, du renouvellement du dire poétique aux temps de l'anthropocène.

Vous laisserez décanter. Vous aménagerez quelques étiers autour des cristallisoirs formés par chaque page, un poème par page, et vous attendrez l'évaporation. Vous constaterez que le livre est composé de phrases-poèmes, ou de poèmes-phrases, ou parfois de poèmes de plusieurs phrases, autant de distillats d'information poétiquement transformés. Vous estimerez qu'il manque quelque chose comme un mode d'emploi. Le lecteur devine la présence d'images, de spectacles, du reportage : Comment ces éléments bruts sont-ils transformés pour devenir poème ? Y a-t-il d'ailleurs vraiment poème ? Que devient la source effacée mais devinable ? Vous devinerez des références latentes, de quoi ça parle, sur quoi ça s'appuie. En fin d'ouvrage, des noms pour la plupart inconnus de vous, des artistes (oui, vous connaissez Godard, vous avez vu des danses de Julie Nioche, et Walker Evans, le photographe de la Grande dépression, ça vous parle un peu), de scientifiques (et même Gilles Courtois le mathématicien, frère du poète) : rien de ceci n'offre un code d'accès : manque un index précis renvoyant tel nom à tel poème.

Une méthode d'écriture

Pour vous aider, Jean-Patrice Courtois, à plusieurs reprises, au cours d'entretiens, a décrit sa méthode de travail[1]. Tout part d'une pratique quotidienne d'extraction des nouvelles du jour, d'un geste très rapide et sans réflexion. Les documents d'origine, dit-il, viennent de la presse écrite.

L'écrivain à sa table de travail. Des journaux, des ciseaux, un grand cahier où il colle les articles sélectionnés, les photos. Articles découpés, classés, extraits, synthétisés. D'abord dupliquer le document, l'extraire, puis le grand saut, le « saut sans savoir » sur la scène de l'écriture. Une fois collé dans l'album, on laisse reposer la collection de vignettes, on y revient : ça décolle, ça fuse vers ailleurs. Les poèmes de Descriptions s'appuient sur une matière documentée « livrée par la marée du matin ». L'auteur sélectionne à l'instinct, manie les ciseaux. À la base, le triangle des arts, de la science et de l'écologie, extraits ou spécimens recombinés dans un journal de journaux. Pas de protocole, pas de procédure maniaque. Ces opérations préalables ne sont pas le poème, elle en sont les rites propitiatoires.

Chaque poème trouve sa forme dans le rapport au document. Il se laisse surprendre, à quoi servirait-il d'écrire sinon ?

Pour mieux comprendre, un exemple : un article publié par Le Monde en 2014, d'Hubert Prolongeau : « Sur les ponts d'Ispahan ». Il nous semble, en nous appuyant sur quelques indices, que ce reportage pourrait être le document de base du poème de la page 70. L'article décrit les beautés d'Ispahan, dont le fleuve a été détourné vers les champs de pistache du désert. Il commence ainsi : « Quels rêves charriait-elle quand ses flots roulaient encore ? “Avant, je venais souvent ici et je regardais l'eau. Aujourd'hui, j'arrive à peine à l'imaginer.” Ali Hosseini ne rit pas. Il est triste. Au pied du Si-o-se Pol, l'un des plus célèbres ponts d'Ispahan, le lit de la rivière Zayandeh Rud (“le fleuve qui fait naître” en persan), celui qui a fait de la ville une oasis au milieu du désert, est à sec. Complètement. Ses trente-trois arches ne sont plus entourées que de galets et de sable. »

Il suffit d'imaginer Tours sans la Loire ou Lyon sans la Saône. L'article poursuit en analysant les causes de cet assèchement, puis vante la douceur de vivre au pays de mollahs, paradoxe classique de l'écriture journalistique. Voici maintenant le texte de Courtois :

« fleuve qui fait naître » son nom de fleuve en langue l'eau n'est plus sur site chaque mètre de tous les lieux liquides n'est plus dans l'eau (le pont : trente-trois arches sèches galets sable l'eau c'est la ville l'ici lié l'eau ville parle en diction d'affluence (« je venais et je regardais l'eau aujourd'hui je ne la vois plus » dit l'habitant qui pense j'ai du mal à imaginer l'eau dans le vide de tout lieu d'eau (trois jours d'eau par an la cent-vingt-et-un virgule soixante-sixième soixante-six six six six etc… partie de cette année l'eau revient chanter sur les galets la 121,66e presque 67e partie l'eau virgule 66/67 coule après la virgule une eau sans bords dit la chanson qui s'arrête pour écouter l'absence de la chanson

Tout cela se dit non pas d'un souffle mais sans rupture, la syntaxe nous porte sans observer de stases. Le passage par le document initial nous permet de dire comment le poète opère : non point en surlignant le tragique de la situation (« on a volé la rivière », dit le journaliste), ni en poétisant le document de départ (au contraire, il le dépoétise), mais par synthèses : « l'eau c'est la ville », la parole de l'habitant conservée (et citée textuellement), et ce calcul arithmétique qui permet, avec un humour glacé, de montrer avec d'absurdes virgules le lit à sec de la rivière Zayandeh Rud. Le décollage du poème à partir du document montre que l'enchaînement de scènes et d'explication qui fait le reportage est rebrassé dans une syntaxe sans suspension. Elle intègre même implicitement un moment clef du reportage, où sous les arches du pont s'élève la voix d'un homme : « Parfois s'élève le chant d'un homme, repris par tous. Moment superbe, dans lequel l'étranger est accueilli sans aucune gêne, et même invité à son tour à entonner un air de chez lui. » Courtois, lui, dissout la scène vue et fait seulement entendre la chanson absente de l'écoulement liquide.

Travail d'une grande finesse puisque l'essentiel de l'opération s'efface, le document réduit et transféré dans le poème. Chaque poème opérant de même sur des documents les plus divers, une opacité de prime abord désoriente le lecteur. Désorientation née de la diversité des discours embarqués, et de la prose qui les embarque sur ses lignes irrégulières.

Théorèmes de la nature et Descriptions (les deux premiers livres d'un triptyque) sont, ainsi, du document transformé comme Madame Bovary ou Crime et Châtiment sont du fait divers transformé. À ceci près que les sources ne sont pas des contemplations de la nature même : il n'y a pas de « lieu de la poésie », pas de gisement du poétique, elle est par essence un agir, une action sur le langage. Un criblage des discours multiples, en un journal-poème qui serait comme les « specimen-days » (échantillons de jours) du poète américain Walt Whitman. Le point de départ est, on l'a dit, formé de langages issus d'autres systèmes de signification : des discours, des reportages, des œuvres d'art, des analyses scientifiques ou mathématiques. Et les objets sont multiples : l'eau, la mer et la terre, les animaux terrestres et marins, les arts, œuvres, livres, photographies, le désastre écologique travaillé par la photo, les migrants, le village peul cerné par les champs d'huile internationaux, les algues vertes, les déchets radioactifs, le land art, la thermodynamique de l'atmosphère. L'écologie n'est pas le seul langage travaillé, il y a aussi l'archéologie, la paléo-anthropologie, la cosmologie, la neurologie, le cerveau, les tourbillons, le politique, la maladie mentale : tels sont quelques-uns des thèmes distillés dans les 143 poèmes.

Explorateur de langages

L'empreinte humaine fait partie désormais du spectacle de la nature : « l'histoire globale entre dans la nature; la nature globale entre dans l'histoire[2]. » Cette rencontre entre nature et histoire porte le nom d'anthropocène, nouvel âge géologique marqué par l'impact des activités humaines sur la planète. Le réchauffement, la pollution par les billes de plastique appartient au même monde qu'une photo de Francesca Woodman. Il existe une mathématique de la manière dont les billes de plastiques s'immiscent dans le vivant. Et l'usage poétique du langage n'est pas une aimable mise en forme de la catastrophe, quelle qu'en soit la version, vers libre standard, expérimental, slam ou poème narratif. Une rhétorique nouvelle ne suffira pas à rendre compte de la destruction de la nature. Elle ne serait encore qu'un ornement, un mensonge publicitaire. Si demeure la conviction absolue que le poème est à même d'embrasser le monde, sa relation traditionnelle avec le « tout » est remise en cause par la mutation anthropocène : au poète d'ordonner ce chaos, et plus que jamais de descendre aux racines des choses mais encore des mots, puisque les questions les plus importantes, comme celle d'une habitation harmonieuse de la terre, sont devenues les plus violentes. Une simple rhétorique n'y suffira pas. Le beau n'existe pas à l'état naturel, on n'y va pas avec sa pelle et son râteau. Il est toujours de la beauté produite dans un langage : ce n'est pas le paysage qui est beau, mais le tableau de Monet. C'est Corot, c'est Courbet qui font voir la beauté. « Des peintres humanisent des paysages dont il se peut que nous ne comprenions pas tout de suite pourquoi ils nous retiennent, pour le reste de notre vie », écrit Yves Bonnefoy (La Longue chaîne de l'ancre, 2008, p. 140).

De plus la beauté n'est plus assimilée à l'idée de nature comme son lieu natif. « Avec la Modernité, écrit Jean-Claude Pinson, le sentiment du beau a connu lui aussi l'exode rural » (Pastoral, Champ Vallon, 2020, p. 111). Exilé de ses sites traditionnels, plage, paysage, nature morte, portrait, le beau se trouve identifié, non plus seulement aux formes de l'art, aux multiples langages du corps, de l'image, mais encore aux multiples syntaxes des mutations écologiques, aux formalisations scientifiques dont Courtois fait le matériau de base de sa propre syntaxe. Assumant toutes les médiations de la modernité, il renonce aux épiphanies du spirituel pour traverser les métalangages scientifiques, artistiques. Si l'idée d'une relation directe avec la nature n'est plus, célébrer la nature est désormais explorer tous les langages, sans exception, et prendre les mots à la racine. Parler de la manière dont on parle de la nature, c'est mieux parler d'elle. L'écologie traite des relations (notamment les phénomènes non visibles) entre êtres vivants et milieu, l'art recherche le langage de cette relation non manifeste. Courtois se situe encore dans une tradition, celle du poète interprète du langage caché du monde. Même si déchiffrer le poème de la terre sans renoncer à la célébration de l'être, de la réalité sensible, ne passe plus par un hymne à Vénus ou à Flore mais par une syntaxe qui découpe dans les documents, s'immerge dans « les syntaxes étagées des relations écologiques » et somme les discours spécialisés de s'expliquer.

Poésie, langage des langages

Inutile de chercher dans le poème un équivalent sensitif de la nature, une sorte de recréation du temps comme dans le haïku japonais, qui offre à la fois le proche et le lointain dans son type propre d'abstraction sensible. Habiter la nature en poète veut dire habiter le langage. La crise appelle une poétique, parce que « les hommes regardent la terre avec le langage » et dans le langage, « ce qui fait voir c'est la poésie », dit-il en parlant de Michel Deguy (« N'était Deguy », revue Critique, n° 887, 2021, p. 329).

les néonicotinoïdes ne sont pas rouges — les terres deviennent rouges — « à empreinte humaine modérée » : seulement 5% des rivières d'un pays ouest-européen — 80 000 hectares d'hévéas seule plante seule industrie ici une seule propriété — le nom de l'ancienne zone la plus pauvre de la ville où des gens habitaient en grand nombre est Cass Corridor — les 880 bélugas restants barrent encore la route des sables bitumineux rive sud sud du fleuve — les tests génétiques dits « portraiturants » sur le seuil d'entrée — la paraphrase du poème latin dit : quel jour est ce jour sur lequel brisé tout à coup tombe le monde

Le poète latin devant qui parle le poète français Courtois, celui-ci lisant à travers Horace les effets de la Mutation anthropocène. La crise écologique évoquée par collage de dépêches d'actualité, auxquelles répond une voix de l'Antiquité romaine, Horace qui évoquait le retour d'un âge de fer à Rome, au lendemain du chaos des guerres civiles. Le poète antique apparaît ici pour clore un poème où cohabitent les mammifères marins en déclin de l'estuaire du Saint-Laurent, la zone la plus déshéritée de la ville de Detroit, l'identification des caractères morphologiques par l'analyse des traces génétiques. Nous sommes loin d'une conception binaire de la machine envahissant le jardin d'Éden. La poésie ne se résout pas en thèses mais propose sa figuration du monde contemporain, laquelle ouvre un angle et un champ pour la réflexion.

 

Ainsi la poésie ne renonce pas au projet d'habiter la terre : de la mélancolie véhémente du poète, nous avons besoin. Courtois exerce son combat politique sur le terrain de la langue, qu'il juge même comme la plus féroce des batailles (Elon Musk, l'homme le plus riche du monde, ne déclare-t-il pas la langue comme déjà obsolète ?). Les effets du capitalisme mondial néo-libéral sont déjà dénoncés et décrits et documentés, le déferlement du tout-culturel emporte et lamine la poésie. Dans sa capacité à mettre en langage des processus invisibles, complexes, se développant sur des rythmes longs, la poésie a pourtant ce rôle de protection de la nature. Courtois n'est pas un lanceur d'alerte mais un poète. « Le poète, conservateur des infinis visages du vivant », disait René Char. Et son lecteur ? Tout le monde, mais pas n'importe qui, disait Duras.

Daniel Morvan


[1] Tous ces renseignements sur la méthode de travail de Courtois sont décrits par lui-même dans plusieurs entretiens qui inspirent la présente analyse, sans être systématiquement cités entre guillemets, pour des raisons de lisibilité. Voici ces sources. Un premier échange avec Emmanuèle Jawad, « Matière écologique et matériau poétique », Diacritik, 2020. Le poète s'est également entretenu à propos de Descriptions avec Martin Rueff à la Maison de la Poésie de Paris, dimanche 23 mai 2021.

[2] Michel Serres, Le Contrat naturel, cité par Catherine et Raphaël Larrère (Du bon usage de la nature, Flammarion 2009).

RETOURNER à Études