RETOURNER à Écritures d'élèves

 

Au cours de l'année 2012-2013, Françoise Sérandour a conduit un travail d'écriture poétique avec les élèves-ingénieurs à l'INSA de Rennes (Institut National des Sciences Appliquées).

On présente ici l'un de ces poèmes, écrit par Noémi Ledoux, avec un poème intercalé de Vivien Laplane.

Remerciements aux auteurs, à Françoise Sérandour et à l'INSA de Rennes.

© Noémi Ledoux, Françoise Sérandour et l'INSA de Rennes.

Mis en ligne le 17 juillet 2013.


Souvenirs d'un accident
au cours duquel un ami a frôlé la mort

Je me souviens…

Je me souviens de cette joie, cette joie d'être ensemble…

Je me souviens de ce bonheur, ce bonheur d'être là…

Je me souviens de cette envie, cette envie de partager…

Je me souviens de l'euphorie, qui régnait à ce moment…

 

Puis je me souviens, après, de cette peur, de cette angoisse, mais aussi de cette lucidité.

Je me souviens de la douleur, et encore de la peur.

C'était ensuite le rire, la décompression, et de nouveau le rire.

Mais il y avait toujours la peur, l'incertitude, et beaucoup de colère.

La colère de n'avoir rien dit, rien fait, même si finalement nous n'aurions rien pu faire de mieux.

 

Ensuite vint la joie, puis de nouveau la peur, puis de nouveau la joie.

La joie de les retrouver, enfin, de le retrouver, enfin !

À partir de ce moment-là, ce fut l'espoir qui prit le dessus, bien que parfois bousculé par la peur,

Mais l'espoir revenait toujours plus fort.

 

Et plus les jours passent, plus cet espoir envahit mon corps, mon espace, mon esprit,

Cet espoir fait partie de ma vie.

Et plus encore qu'une partie de la mienne, c'est sa vie toute entière qui tient en ces quelques mots : espoir, force, volonté, amour…

L'amour des siens, l'amour que nous lui offrons, afin de lui donner, la force d'avancer.

 

Deux mois et deux jours après, première visite à cet ami…

Enfin !

Cette envie irrésistible

De me jeter dans ses bras

De le voir rire et sourire

Lui tenir enfin la main.

 

Ce bonheur indescriptible

Cette lueur dans ses yeux

Entendre son chuchotement

Et mon nom entre ses lèvres.

 

Cette joie tellement visible

En voyant bouger cette main

Restée longtemps immobile

Et se déplier soudain.

Je me serais arrêtée

Assise des heures durant

S'il avait dormi seulement

À l'écouter respirer.

 

Lors de ces longues minutes

Quand la tristesse dominait

Je voulais juste être là

Qu'il s'endorme rassuré.

 

La fierté de retrouver

Bien au chaud entre ses bras

Orange, qui pour moi veillera

Alors que je ne suis plus là.

 

Plus de deux mois après, je suis toujours hantée par ce souvenir…

Une bouffée d'air

Courir

S'enfuir

Échapper à cette souffrance

Ce sentiment qui me ronge en dedans

Si je me laisse aller

Je risque de me perdre, me noyer, sombrer

 

Je dois m'en aller

Me reposer

Oublier

 

Prendre le temps de me poser

Le temps de me re-poser

Le temps de réfléchir

Le temps de prendre mon temps

 

M'organiser

Travailler avec efficacité

Mais aussi penser à moi, mon corps, mon esprit,

Ne rien faire, lire, écrire, laisser vagabonder mes idées,

 

Et enfin,

 

M'abandonner

Le labyrinthe de mes souvenirs

Mes souvenirs

Sont comme un labyrinthe

Dont les couloirs se multiplient

S'allongent jour après jour

Tout au long de ma vie

Qui tout doucement grandit.

 

Durant le jour, durant la nuit

Je me promène dans ses couloirs

M'y perdant sans même vouloir

Sortir un jour d'entre ses murs.

 

D'un souvenir à l'autre je glisse tranquillement

Aucune concordance

Ni dans l'espace ni dans le temps

Mais une simple coĽncidence

Me transporte subrepticement

De celui-ci jusqu'au suivant.

 

Et pourtant, depuis un certain temps

Quel que soit le chemin que j'emprunte

Lorsque j'erre dans ce labyrinthe

Je me retrouve dans ce couloir

Et plonge encore dans ce trou noir.

 

Trois mois et cinq jours après, retrouvailles avec les quatre autres amis présents dans la voiture au moment de l'accident…
(À lire de haut en bas ou de bas en haut.)

Retrouvailles

Retrouvailles tant attendues

Bonheur plus ténu que prévu

 

Complicité grandissante

Amitié étincelante

 

Confidences nocturnes

Vœux sous le clair de lune

 

Dernier arrivé

Équilibre parfait

 

Rues enneigées

Fous rires et joie

 

Enfin cinq

Liés à jamais

 

Sourire

Amour

 

Blu'

 

Poème écrit par un ami en réaction au mien

Comme c'est doux et excitant les retrouvailles !
Quand nos souvenirs s'entrecroisent, fusent.
Nos mots surfent sur nos rires qui s'infusent
Dans nos regards brillants comme des médailles.
Puis nos silences se goûtent comme la brise

Caressant des champs de blés tout dorés.
Puis les questions reviennent qui défrisent
Notre taux d'adrénaline, notre hilarité.
C'est un instant d'éternité à goûter,
Un cadeau à ouvrir délicatement
Pour le savourer sans aparté.

Une impulsion pleine de vitalité
Pour une joie profonde sans nom.

Vivien Laplane

 

C'est grâce à ces moments-là que la beauté de la Vie ressurgit !

Merci la vie !

C'est toi qui as engendré :

Toutes ces personnes qui m'ont aimée

Ces rencontres qui m'ont forcée

À écouter et à m'interroger.

Ces obstacles que j'ai dû surmonter

Ces coups durs qui m'ont forgée

Toutes ces choses qui m'ont amenée

À choisir, quoi qu'il en soit,

De suivre toujours cette voie :

 

T'aimer, toi…

Aimer tout autour de moi !

Noémi Ledoux

RETOURNER à Écritures d'élèves