Retour page d'accueil

© Tous les textes et images publiés sur ce site sont la propriété de leurs ayants droit. Ils peuvent être cités, au sens du droit habituel à la citation (avec mention de la source). Ils peuvent être utilisés dans le cadre d'un cours. Ils ne peuvent être republiés, sous quelque forme que ce soit, sans l'autorisation de ces ayants droit.

 

Figures éthiques et esthétiques de l'existence humaine
Chronique de Pierre-Henry Frangne

Les textes ici publiés sont de circonstances. Cela signifie qu'ils ont toujours été écrits à l'occasion d'une conférence, d'un colloque, d'un cours, d'une commande, d'une envie et donc d'une rencontre ou d'un dialogue nécessairement particuliers et contingents avec un événement, une personne ou une situation. Chacun porte ainsi la marque et l'indication de ce moment vivant qui l'entoure et le détermine tout à la fois. Ainsi, jamais complètement réécrit pour cette chronique, chacun est simplement aménagé pour elle. Mais la particularité de la circonstance ne saurait abolir la considération du problème général que ces textes tentent de poser à chaque fois. Elle ne saurait entraver aussi l'effort de recherche d'une certaine universalité qui est celle de la question comme des tentatives de réponse que cette question suscite. Il faut alors considérer ces textes comme de petits essais philosophiques dont la discontinuité, la multiplicité, la variété et la fragilité cherchent à épouser la discontinuité, la multiplicité, la variété et la fragilité même de la vie quotidienne. Par touches successives donc, des aspects de l'existence humaine — des aspects éthiques et esthétiques plutôt — apparaîtront. Des constellations d'idées s'arrangeront. Un même effort critique d'élucidation et de recherche de significations sera mis en œuvre à partir d'une conviction doublement adéquate au lieu qui l'accueille (un site internet consacré à la pensée de la littérature, de l'art et de la philosophie) et à l'époque incertaine où « l'ère d'autorité se trouble(1) » : « C'est un mauvais projet que celui sur lequel on ne peut pas revenir(2). »

Pierre-Henry Frangne

1. Stéphane Mallarmé, Prose pour des Esseintes.
2. Publius Syrus, cité par Montaigne au début du premier chapitre du livre II de ses Essais, « De l'inconstance de nos actions ».

En gravissant le Mont Blanc. Réflexions sur la course en haute montagne (1er septembre 2016)

Figuration et abstraction. Robert Lapoujade face à la critique philosophique de Jean Hyppolite et Jean-Paul Sartre (13 juillet 2016)

La place et la nature du symbolisme polonais dans le symbolisme européen (18 décembre 2015)

Penser en cinéma. Qu'est-ce qu'une idée cinématographique ? (9 mars 2015)

La question éthique de la tutelle et de la curatelle (14 février 2015)

La qualité de vie : une approche philosophique (11 février 2015)

Mallarmé, le goût et la critique « en son intégrité » (25 juin 2013)

Le geste de Balmat (11 mai 2013)

Le symbolisme, la philosophie et l'esthétique (21 avril 2013)

Monteverdi lecteur de Pétrarque, ou les deux praticce pétrarquistes de Monteverdi (15 septembre 2012)

Les figures de François Pétrarque (15 septembre 2012)

Picturalité et musicalité chez Mark Rothko (14 décembre 2010)

Penser la mort et le deuil (16 novembre 2010)

Culture, patrimoine et médiation (16 novembre 2010)

L'art et la réalité du réel (28 octobre 2008)

L'accueil et la consultation médicale (20 mai 2007)

L'homme de petite taille et la petitesse de l'homme (20 mai 2007)

Qu'est-ce qu'un sujet âgé ? (20 mai 2007)

Penser la frayeur (20 mai 2007)

Mythe et pensée au cinéma (22 janvier 2006)

Penser la lenteur (21 janvier 2006)

Le fragment et le quotidien dans l'art (3 janvier 2005)

On peut laisser ici un message à l'intention de Pierre-Henry Frangne.
Il lui sera transmis rapidement.

Retour page d'accueil